Noémie, sa compagne et "leurs" 3 enfants


Peux-tu te présenter ?

Jeune demoiselle qui a trouvé sa meuf mortelle :) 30 ans en mars, amoureuse, maman et belle-maman. Ma moitié me décrit comme pétillante, excentrique, entière (voire trop certains jours), pas très délicate mais douce à mes heures perdues. Je suis également passionnée par mon travail d’éducatrice spécialisée en protection de l’enfance. Et je ne pourrai oublier de préciser que je suis très gourmande : j’adore manger de tout mais surtout croquer la vie à pleines dents.


Peux-tu présenter la configuration de ton foyer, ton parcours pour fonder cette famille…​ ?​

Nous sommes 5 à la maison : Julie, moi et « nos » 3 enfants. Les deux plus grands (de 13 et 10 ans) sont d’une précédente union de Julie, et le petit dernier de bientôt 6 ans est né de ma précédente union également. Nous vivons ensemble depuis presque 3 ans.

Julie est la première femme dont je suis amoureuse. Je n’aurai jamais pensé partager mon quotidien amoureusement avec une femme avant elle, alors que j’étais installée dans une vie paisible depuis plus de 10 ans avec le père de mon fils.

Elle est « ma » rencontre, celle de ma vie. Je l’ai rencontrée sur mon lieu de travail, où elle était ma responsable de service. En quelques mois, son côté mystérieux m’a intriguée, bouleversée, et attirée jusqu’à elle sans que j’en maîtrise quoi que ce soit. Les affinités se sont tissées, resserrées, avec l’envie d’en partager toujours plus. La séduction avait pointé le bout de son nez en parallèle de ces moments passés ensemble. Etre l’une avec l’autre était devenue ma priorité. J’apprendrai par la suite, qu’elle était également devenue la sienne.

Sans trop savoir le pourquoi du comment, je me suis laissée porter jusqu’à elle et ai décidé, du jour au lendemain, de chambouler la dynamique de ma vie pour la passer avec elle. En quelques jours, je déposais mes cartons chez elle. Mon chez moi était à présent dans ses bras.

Notre parcours a été semé d’embûches jusqu’à aujourd’hui, mais ne nous a jamais empêché de nous épanouir l’une avec, ou à travers l’autre. Et chaque jour passé me prouve que mon bonheur est multiplié à ses côtés, et vaut n’importe quel combat.

Quel a été selon toi le plus gros obstacle que tu aies rencontré et franchi pour ​en ​arriver là ?

La plus grosse difficulté émotionnelle a été de devoir justifier mon « passage » d’une attirance hétérosexuelle à une attirance à une femme. Elle n’a pas été jugée jusqu’à présent, mais j’ai ressenti le devoir d’expliquer certaines choses pour ressentir ma relation comme approuvée, voire légitime aux yeux de certains.

Mais ma plus grosse difficulté « avérée » a été une appréciation voire un jugement porté à notre encontre, sur notre lieu de travail commun, où des dispositions ont été prises pour nous « séparer » lorsque certains membres des équipes ont eu connaissance de notre relation. Nous nous sommes dans un premier temps interrogées si cela était en lien avec la différence hiérarchique, ou si c’était dû à notre relation amoureuse, en l’occurence entre deux femmes.


​As​-​tu rencontré des difficultés au quotidien, en rencontre​s-tu​ encore? Si oui peux​-​tu nous donner des exemples?

Comme je le disais précédemment, oui nous avons rencontré des difficultés principalement sur notre lieu de travail.

Mais nous en rencontrons encore au quotidien de façon « dissimulée ». En effet, nous n’affichons pas notre couple devant les écoles de nos enfants par exemple, appréhendant que cela puisse avoir des répercussions sur eux par les autres enfants, et/ou par les autres parents.

Par ailleurs nous sommes dans un projet de bébé dans un futur proche. Je me rends compte des "démarches abusives" pour prouver la légitimité, voire le « bon esprit » de notre parentalité. Côtoyant une multitude de familles/parentalités défaillantes voire maltraitantes, je m’interroge sur cette justification qui est demandée aux couples comme le notre. Cela vient apporte de lourdeur administrative et judiciaire pour un projet d’amour à offrir et ceci avant même ma conception.


Quel conseil donnerais-tu pour rassurer des futurs parents qui auraient des réticences à se lancer dans l'aventure d'une famille avec une parentalité LGBTQIA+ ?

Nous n’avons qu’une vie. Que chacun d’entre nous se doit de saisir cette opportunité qui est de découvrir le bonheur, savourer pleinement la vie. Elle est si fragile et si intense, qu’elle ne mérite d’être vécue qu’à 3000%. N’attendons pas qu’un accident de la vie vienne nous faire percuter qu’on est passé à côté de l’essentiel.


Pourquoi t’engages​-tu​ dans le collectif Famille.s ? Qu’est​-​ce qui t’anime ?

Telle une carte postale, je voudrais par ce témoignage envoie une photo de mon bonheur actuel, avec écrit au dos de celle-ci « Tu devrais tenter de l’attraper toi aussi, regardes bien, il n’est sûrement pas loin ! » .

Ce qui m’anime c’est de voir ce nombre de personnes qui pensent être heureuses car elles répondent seulement à ce que la société attend d’eux, sans répondre à leurs réelles envies, à leurs réelles folies et ceci par crainte de ne plus être dans « le chemin de la vie » qu’on leur a inculqué depuis petit.

Mais comment aimer vivre sans avoir le cœur qui bat pour ceux qu’on aime, sans avoir les tripes pour ce qu’on entreprend, sans avoir le smile pour ce qu’on ressent, sans avoir la chaleur de notre âme sœur ?


Qui sont tes plus grand.e.s allié.e.s dans ton quotidien ou celui de ta famille ?

Mes alliés : mes amis, les siens, mais aussi ma famille. Mes parents et mes frères et sœurs ont été d’un soutien sans faille. Ils ont accueilli ma compagne dès que nous leur avons annoncé notre relation. Je n’ai jamais vu quelqu’un aussi proche qu’ils ne le sont avec elle. Certains de mes proches ne cautionnait pas forcément cette relation homosexuelle. Mais ceci ne se ressent pas et ne le laissent pas voir. C'est à mon sens la preuve qu’ils la respectent, et qu’à travers elle, ils respectent notre couple, notre amour et notre famille.


Quel message as-tu envie de transmettre à la société ? Que dirais-tu à ceux qui veulent s’engager pour soutenir nos familles ?

All you need is love !

Une famille ne peut être réduite aux membres qui la composent, mais au bonheur qui en émane : que ce soit dans les yeux pétillants d’un enfant né grâce à une PMA, dans l’éclat de rire d’une demi-sœur, dans la sérénité d’une maman solo, ou encore dans les blagues de deux papas.

Comment bouger les lignes ? En bougeant notre regard, en faisant de la différence une richesse et non une rivale à abattre. Apprendre à connaître les gens pour ce qu’ils sont et ne pas se contenter de ce qu’ils représentent, ou de ce que cela nous renvoie.


De quoi rêves-tu pour demain ?

Que chacun vive le bonheur que je suis en train de vivre.

« La plus grande vérité qu’on puisse apprendre un jour est qu’il suffit d’aimer et de l’être en retour » (dixit Ewan Mc Gregor dans Moulin Rouge :) )


Découvrez d'autres familles dans l'onglet "Témoignages".

Bonne lecture !


FAMILLES_edited.png

© 2020 by Collectif Famille.s