Muriel Douru, sa femme et leur fille


Peux-tu te présenter ?

Je suis autrice et illustratrice de livres dont la majorité sont consacrés aux familles homoparentales et à la visibilité homosexuelle. En 2003, j'ai été l'une des premières à publier un livre pour enfants qui parlait d'une famille homoparentale ("Dis mamanS") ce qui, à l'époque, n'a pas été simple ! Dans ma vie privée, je suis mariée à ma compagne depuis le vote du mariage pour tous et nous avons une fille lumineuse, aujourd'hui pré-adolescente.


Peux-tu présenter la configuration de ton foyer, ton parcours pour fonder cette famille…​ ?​

Nous sommes deux femmes et nous élevons notre fille de 13 ans, ensemble, de manière d'autant plus égalitaire que ma compagne- qui n'a pas porté notre enfant- a obtenu l'addition plénière, quelques temps après notre mariage. Nous devons le cadeau de sa naissance aux Pays-Bas qui autorise la PMA pour les couples de femmes depuis très longtemps et grâce à un généreux donneur, non-anonyme, qui s'est engagé à lever son identité auprès de notre fille, si et seulement si, celle-ci le demande, ce qui sera possible à partir de ses 16 ans. J'ai raconté notre parcours difficile, mais plein d'émotions, dans un récit autobiographique publié en 2011 ("Deux mamans et un bébé").


Quel a été selon toi le plus gros obstacle que tu aies rencontré et franchi pour ​en ​arriver là ?

Le fait que la France ne nous reconnaissait pas, à l'époque, comme un couple et nous refusait l'accès à la PMA.


​As​-​tu rencontré des difficultés au quotidien, en rencontre​s-tu​ encore? Si oui peux​-​tu nous donner des exemples?

Rétrospectivement, maintenant que ma fille est grande, je peux dire que nous avons rencontré infiniment peu de difficultés au quotidien depuis qu'elle existe. Autant, "l'avant sa naissance" a été long et semé d'embûches, autant, nous vivons très sereinement depuis qu'elle est née et que nous faisons "famille". Jamais personne ne nous a rejeté ou nous a refusé le titre de "famille", quelque soit l'endroit où nous avons vécu ces dernières années et pourtant, nous avons vécu dans des lieux très différents (centre de Paris, banlieue parisienne populaire, ville de Province et campagne). L'homophobie, je l'ai connue, malheureusement, quand j'étais jeune mais ça fait très longtemps que ce n'est, heureusement, plus un problème dans ma vie, même si j'ai conscience qu'étant privilégiée, assumée et travailleuse freelance, ça aide.


Quel conseil donnerais-tu pour rassurer des futurs parents qui auraient des réticences à se lancer dans l'aventure d'une famille avec une parentalité LGBTQIA+ ?

Qu'il n'y a aucune réticence à avoir et que le désir d'enfant est légitime à celles et ceux qui le ressentent, tout comme est légitime le non-désir d'enfant. Personne n'a le droit de dire qu'il "vaut mieux" un couple hétéro plutôt qu'un couple homo pour élever un enfant. Des millénaires d'histoire humaine prouve "qu'un papa et une maman" ne sont pas, loin de là, une garantie pour être heureux dans la vie. Les psys sont bien placés pour en témoigner ! Les questions sont nombreuses pour les futurs parents et nous submergent parfois, avant la naissance de l'enfant, mais après, elles disparaissent au bénéfice d'un quotidien bien plus trivial : est-ce que mon enfant a faim ? a-t-il/elle fait ses devoirs ? est-il/elle malade, amoureux.se., angoissé.e,... ? etc. Une fois que l'enfant paraît, les difficultés de sa conception disparaissent, en tout cas, c'est vraiment comme ça que je l'ai vécu et je n'ai plus le temps de penser au parcours du combattant que j'ai vécu pour devenir mère. Ce qui m'occupe et me pré-occupe aujourd'hui, c'est le bien-être et le quotidien de ma fille. Ses questions, ses doutes et son avancée dans la vie, jamais sa conception qui n'est, d'ailleurs, pas un sujet pour elle non plus.


Pourquoi témoignes-tu​ dans le collectif Famille.s ? Qu’est​-​ce qui t’anime ?

Je témoigne publiquement sur l'homoparentalité, à travers mes livres, depuis 15 ans et si je l'ai fait, c'est qu'avant d'être mère, encore pleine de doutes et de questions, je cherchais des récits, des expériences de vies auxquels me raccrocher pour avancer, trouver des réponses aux questions que je me posais, etc. Or, les témoignages étaient rares, mais précieux. Plus tard, j'ai donc pensé qu'il était normal de donner à d'autres ce qui m'avait été donné.



Qui sont tes plus grand.e.s allié.e.s dans ton quotidien ou celui de ta famille ?

Nous avons les mêmes alliés que les autres familles, quelque soit leur composition. Les grands-parents, bien sûr, mais aussi nos amis, très importants et présents dans notre vie. Parmi mille anecdotes vécues durant notre parcours (et racontées en images dans "Beyond the lipstick", ma première BD), j'adore celle de ma belle-mère qui a dû batailler pour imposer l'homoparentalité dans son cadre de vie très catholique et qui, un jour, alors qu'une voisine l'interrogeait sur qui était "vraiment" la mère de sa petite fille, s'est exclamée: "Peu importe la mère, moi, je suis la grand-mère !"


Quel message as-tu envie de transmettre à la société ? Que dirais-tu à ceux qui veulent s’engager pour soutenir nos familles ?

Je n'ai pas un mais mille messages à transmettre à la société car je la remets énormément en question depuis quelques années. Plus précisément, depuis que j'ai conscience de son aveuglement concernant son impact sur le vivant et les dangers qui la (et donc nous) menace.


De quoi rêves-tu pour demain ?

Mes rêves ne sont plus liés à ma composition familiale "atypique", dans le sens où celle-ci n'est jamais un sujet ou un problème dans notre quotidien. En vrai, je ne pense que très rarement au fait que nous soyons deux mamans, c'est vraiment passé au second plan et c'est peut-être un privilège de l'âge ? Par contre, je pense avec beaucoup d'anxiété à l'avenir de ma fille parce que je suis très engagée dans la cause environnementale et ce qui se prépare pour sa génération sera bien plus difficile à appréhender que d'avoir été élevée par deux femmes... C'est d'ailleurs pour cette raison, même si c'est tabou de le dire, que je n'ai eu qu'un seul enfant.

Retrouvez Muriel Douru : @murieldouru sur Insta et sur Facebook et quelques références de livres sur la rubrique des outils pour vous du collectif.


Découvrez d'autres familles dans l'onglet "Témoignages".

Bonne lecture !