Hélène, Catherine et les 4 enfants


Peux-tu te présenter ?

Hélène, 37 ans, professeur des écoles en classe maternelle Montessori. Je suis maman de quatre enfants (Eléonore, Timothée, Louis et Joséphine), nés de ma précédente union avec l'homme avec qui j'ai été mariée. Aujourd'hui en couple, heureuse et très amoureuse de Catherine, avec qui je partage ma vie.


Peux-tu présenter la configuration de ton foyer, ton parcours pour fonder cette famille…​ ?​

Nous sommes donc deux amoureuses, trois enfants avec nous une semaine sur deux (ma fille ainée est étudiante et ne souhaite pas vivre à nos côtés) et un chien (Myrtille). J'ai rencontré Catherine il y a près de six ans et nous avons longtemps été amies avant de nous rendre compte de nos sentiments irrépressibles l'une pour l'autre. Il y a un an et demi, après de longs mois de questionnements mais aussi d'évidences, nous quittions nos conjoints respectifs pour enfin vivre notre vie, ensemble.


Quel a été selon toi le plus gros obstacle que tu aies rencontré et franchi pour ​en ​arriver là ?

Le plus gros obstacle a été la pression immense mise par mon ex mari (le divorce aura été long et très compliqué mais nous allons normalement enfin signer le mois prochain!). Il n'a pas compris ni accepté ma décision de vivre avec Catherine et a longtemps pensé et diffusé auprès de ma famille et de nos proches que je relevais de la psychiatrie, que j'étais sous influence. Cela a eu un impact considérable dans notre entourage pour Catherine et moi et contribue encore aujourd'hui à des comportements injurieux ou à des jugements péremptoires à notre égard.


​As​-​tu rencontré des difficultés au quotidien, en rencontre​s-tu​ encore? Si oui peux​-​tu nous donner des exemples?

Nous nous protégeons actuellement beaucoup des regards malveillants qui ont pu être portés sur nous. Mais malheureusement, plus d'un an et demi après le début de notre histoire, les attaques ne cessent pas. Nous venons l'une et l'autre de familles catholiques et avions l'habitude d'évoluer dans un milieu que nous pensions accueillant et plein de bonnes valeurs chrétiennes mais qui se révèle aujourd'hui réfractaire, dans le jugement et souvent même intolérant voire homophobe... il ne fait pas bon sortir du sentier tout tracé dans lequel vos parents vous ont élevées... La famille de Catherine a depuis longtemps compris et accepté ses choix, la mienne chemine je l'espère. En guise d'exemple:

- J'ai reçu un courrier très sérieux récemment d'une de mes anciennes amies très proche me demandant de ne plus avoir de contact avec sa fille (ma filleule), car mes choix (divorcer pour vivre avec la femme que j'aime) pourrait perturber sa fille et ne devaient pas être un exemple pour elle.

- Ma propre mère me demande de bien vouloir comprendre mon frère qui ne veut/peut pas annoncer à ses quatre jeunes enfants que leur tante vit avec une femme. Car c'est bien trop inconvenant pour le milieu "bourgeois-catho" dans lequel il évolue. L'homosexualité n'a pas ici droit de céans.

- Mes petits frères nous ignorent ou accusent ma compagne de diviser la famille...


Voilà un peu de notre violence ordinaire. Mais je tiens à ajouter que malgré tout cela, malgré ces attaques et ces difficultés, jamais; ni Catherine ni moi n'avons regretté notre choix. La rencontrer est la plus belle chose qui me soit jamais arrivée et nous vivons aujourd'hui une vie remplie d'amour et de joie. Les jours un peu plus noirs, nous dressons devant nous des barricades d'amour et de douceur. Nous sommes fières de nous, nous marchons côte à côte et main dans la main, chaque jour.


Quel conseil donnerais-tu pour rassurer des futurs parents qui auraient des réticences à se lancer dans l'aventure d'une famille avec une parentalité LGBTQIA+ ?

L'amour sauve tout!

Catherine est ma meilleure équipière et ensemble nous avons traversé des tempêtes. Cela nous rend incroyablement fortes et fières de notre parcours et de notre vie actuelle.


Pourquoi t’engages​-tu​ dans le collectif Famille.s ? Qu’est​-​ce qui t’anime ?

Je souhaite et nous souhaitons témoigner pour normaliser notre situation. Pour que des familles homoparentales, recomposées comme la nôtre puisse faire partie du quotidien, de la vie courante. Pour que nous ne soyons plus jugées sur nos choix. Parce que tout le monde a droit de vivre en paix, peu importe ses choix. Parce que les enfants vont bien et que nous sommes, nous aussi des exemples de famille et d'amour pour ceux/celles qui nous entourent.


Qui sont tes plus grand.e.s allié.e.s dans ton quotidien ou celui de ta famille ?

Les enfants sont nos meilleurs alliés par leur joie et leur amour partagé avec Catherine et moi. C'est particulièrement le cas pour mon fils Timothée (16 ans) qui est conscient de notre combat et qui nous soutient. Nos autres alliés :

- La famille de Catherine qui m'a accueillie généreusement est aussi une grande alliée. La famille de son frère, ses neveux et nièces

- Particulièrement sa filleule qui, toute jeune adulte, se bat, s'engage, elle aussi contre les jugements.

- Les quelques amis qui ont bien voulu voir notre amour et notre bonheur et dont le soutien est si précieux.


Quel message as-tu envie de transmettre à la société ? Que dirais-tu à ceux qui veulent s’engager pour soutenir nos familles ?

Toutes les familles ont le droit d'exister! Il n'y a pas de hiérarchie dans l'amour. Notre amour n'est pas moins valable que les autres.


De quoi rêves-tu pour demain ?

Que notre famille arc en ciel continue de déborder d'amour et rayonne autour de nous. Fièrement et joyeusement. Et peut être de la demander un jour en mariage...



Découvrez d'autres familles dans l'onglet "Témoignages".

Bonne lecture !