Clémence, alliée


Peux-tu te présenter ?

Bonjour, bonjour ! Moi c’est Clémence et j’ai 21 ans, bientôt 22 ans en janvier prochain. Je suis actuellement travailleuse sociale et je travaille auprès des demandeurs d’emploi. J’ai toujours aimé être en contact avec les personnes, pourvoir les accompagner, me sentir utile. J’ai toujours eu cette fibre sociale, indispensable dans le métier que j’exerce. Je suis de nature enjouée, toujours prête à faire la fête avec mes amis, j’aaadore déconner et m’amuser ! Je suis en couple depuis un an avec ma copine, c’est la femme de ma vie, on prévoit de s’installer ensemble l’année prochaine.


A-t-il été difficile pour toi, à un moment donné, d’envisager que les personnes LQBTQIA+ puissent fonder une famille et/ou élever des enfants ?

Absolument pas ! Le schéma dit « traditionnel » de la famille est depuis longtemps inexistant chez moi. Une famille n’est pas un papa/une maman, non c’est simplement deux personnes qui élèvent une enfant dans la bienveillance et l’amour. Tout le monde devrait avoir des enfants sans rencontrer des restrictions administratives, ou par rapport au regard des autres.


​De quoi la société aurait-elle besoin pour faciliter l’inclusion de ces familles ?

Que le regard sur ces familles change ! C’est un point de départ très important, il faut que ces familles soient également la « norme » de la société, il n’existe pas qu’un schéma familial, il existe plusieurs formes d’amour comme de familles !


As​-​tu rencontré des difficultés au quotidien, en rencontre​s-tu​ encore? Si oui peux​-​tu nous donner des exemples?

Je ne connais pas personnellement de famille homoparentale, mais grâce à des articles et des vidéos de témoignages j’ai pu me rendre compte de la difficulté pour avoir un enfant et d’être reconnu au yeux de la société. Deux exemples :

- La reconnaissance de la PMA en France tarde à arriver alors que chez nos voisins Européens c’est déjà acté depuis longtemps,

- Le processus pour adopter l’enfant est long et très complexe.


Comme tu peux le constater, le rôle des allié.e.s pour nos familles (nous parents et aussi nos enfants) est très important. En avais-tu conscience ? Que cela t'évoque-t-il ?

Le rôle des alliés est très important car ils peuvent relier la cause et faire connaître ces familles en parlent autour d'eux, en témoignant, en partageant sur les réseaux sociaux ! Nous avons la chance de pouvoir utiliser les médias pour nous exprimer, c’est le moment !


Pourquoi témoignes-tu pour le collectif Famille.s ? Qu’est​-​ce qui t’anime ?

Je témoigne car c’est une cause qui me tient particulièrement à cœur. J’ai 22 ans et j’envisage dans quelques années d'avoir des enfants avec ma copine. Alors j’aimerais voir les choses bouger, évoluer et que toutes familles soient acceptées. Mais aussi pour avoir d’autres avis, témoignages afin de m’orienter et de me rassurer. Pour me dire, que, tout évoluera dans le bon sens et que si ce genre de mouvement ce met en marche aujourd’hui, demain nous serons encore plus visible et les regards/ mentalités évolueront avec !


Quel message as-tu envie de transmettre à la société ? Que dirais-tu à celles et ceux qui pourrait être amené.e.s à cheminer aux côtés de nos familles ?​

L’amour, c’est l’amour. Ça s’explique pas, on choisit pas de qui on tombe amoureux, par qui on est attiré. Les gens ne devrait pas détester deux personnes qui s’aiment. L’amour c’est le plus beau sentiment sur Terre.


De quoi rêves-tu pour demain ?​

Make Love, Don’t War.



retrouvez Clémence sur @lario__

Découvrez d'autres allié.e.s dans l'onglet "Témoignages".

Bonne lecture !